Thursday, June 25, 2009

Sunny Days


I believe I'm a sun person
Long cold days of Delhi with its lovely winter of the past
Always made me yearn for the sun to appear at last

Foggy days when the school bus was just two circles of smokey yellow
Rainy days when the world was all shades of gray and a muddy puddle
Few moments of the delicious sun on winter evenings in the garden
Oranges and books and the nice cream thin shawl

Winter has gone, am in the land of the sun
Everything is alive, ripe, full of life
Mosquitoes and worms and flies all thrive
Bread goes bad, the spinach has dried up
Tomatoes are shriveled and the wind has given up

My back is cold with sweat, my skin has changed color
I rub the sun away from my eyes and yet it wins and dries them up

Yellow has gone and blue is back
Red is completely ignored, green strives to win the day

Sun - life with you or without you - is difficult
Life - with sun or without sun - is difficult
I know the sun will rise again...today, tomorrow, and forever

- My hand at poetry and I know this will not go down too well with people in Delhi who are fast drying up at 44 deg C. Keep the faith, people. :-)

25 June 2009

Friday, June 05, 2009

Une piste d’huile

J’attends le bus. Je m’installe sur l’unique banc vide. Une jeune femme vêtue d’un sari vert attend avec moi.


La vieille est toujours là. Des enfants jouent autour d’elle. Elle est couverte de boue. Plusieurs saisons ont laissés des traces sur elle. Elle a du être très belle. Abandonnée au bord d’une méchante route. Une route bordée de sombres magasins, sales et bruyants : un atelier d’ automobiles, une boucherie, un chai-wallah. Une piste d’huile, la queue d’un chéval. Un tuyau. Des ordures partout.

Indifférente, au milieu de toute cette laideur moderne, la vieille continue d’exister. Immobile. Seule, elle reste dans son coin. Cachée et isolée de ce monde. Un monde qui ne lui appartient plus. Délaissée pour une autre. Plus jeune. Plus moderne. Elle a été belle elle aussi.

Des parebrises brisés. Des vitres absentes. Des pneus envahis par une terre affamée, la vieille voiture résiste encore. Des chats s’y traînassent. Un chien pisse longuement sur une roue sale. La vieille tolére tout.


Tout a changé.


Elle a du être très jeune. Très belle. Elle a du être aimée par sa famille, soignée par quelqu’uns et enviée par tous.

Aujourd’hui, la vieille resiste encore. Elle rêve à ses caresses d’antan. Le soleil qui a rendu sa jeuness plus brillante, plus lumineuse. Quand les gouttes d’eau sont tombées sur elle. Une sensation inexplicable et une sensualité ancienne se réveillent et la rajeunit. Un sentiment d’être lavée au torrent. Une joie de renaître. La puissance qu’elle a sentie jadis en brisant le vent. Aujourd’hui le même vent la ridiculise et prépare sa fin jour après jour. Il lui prepare un termitier, un tombeau de sable. Elle ne réagit pas. Elle accepte. Elle attend.

Des bruits partout. Il y a un va-et-vient continuel des gens. Un qui attend, un qui part. Des sons s’élevent et se baissent. Comme les vagues. Comme le vent. Une sirène appelle furieusement. Une chanson qui perd son rythme. Un monde qui perd son sens.

La vieille garde son silence. Un silence aux souvenirs douloureux avec tous ses avenirs imprévisibles.

Ni douleur, ni crainte, ni désir, ni plaisir. Le seul chose qui reste, c’est elle et sa solitude. La vieille doit se reposer. Elle est épuisée, usée. Elle a appris beaucoup, elle a oubliée plus. Il faut qu’elle s’arrête. Surtout pas. Elle a peur de cette césure qui la menace. Elle doit continuer malgré sa fatigue. Si elle a une chance…. Elle ne veut pas être bannie, elle ne veut pas être éloigné. Un lourd séjour long et silencieux. La vieille dure encore. Les réponses elle manquent. Des questions elle dépassent. Elle continue d’attendre.


La jeune femme vêtue d’un sari vert s’installe près de la fenêtre. Le bus démarre lentement. La vieille disparaît petit à petit.


- This was the final story that I had written under the guidance of Madavane Sir in our Creative Writing classes. It seems so long ago...i guess it is a long time ago. It was 2002.

Wednesday, June 03, 2009

World Environment Day


I had created this presentation last year as a small step towards spreading the GREEN word. This year to celebrate World Environment Day, I thought that I would share the same thoughts with a wider audience, by posting it to my blog. So, here it is:

Let's hear it for THE Earth!!!